vivre autrement

Bienvenue sur mon blog

 

Grippe, fièvre, besoin de repos, la suite plus tard

Dans : en direct de Tunis
Par vincent0fritschi
Le 20 mai, 2011
A 13:33
Commentaires : 0
 
 

Promenade suite

Je lui demande si elle a un ami. Elle me répond tranquillement qu’elle vit en couple depuis cinq ans, silence, avec une femme. Il n’y a aucune provocation dans ses intonations juste  l’affirmation d’un fait.

Profitant d’une plus grande proximité avec elle qu’avec d’autres personnes croisés et surtout que nous nous sommes que deux autour de la table, j’en profite pour l’interroger plus longuement sur la condition homosexuel. L’acceptation par les familles, par la société, l’existence de groupe d’association revendicative.

Elle m’explique que tout repose sur des non-dits. Tant qu’il n’y a pas d’affirmation ou de revendication la société tolère, la famille accepte mais elle me précise que s’il y avait des revendications alors oui il y aurait retour du bâton. Elle a joutera même que l’homosexualité homme ou femme devient très à la mode à Tunis. Lorsque nous évoquons la maternité elle m’expliquera que sur ce point il n’y absolument pas possible d’envisager une procréation médicalement assistée. Que cela devra se faire soit à l’étranger soit par procréation naturel.

La seule chose dont je suis sure après avoir entendu ce témoignage et d’autres histoires c’est que la réalité de cette société et bien plus riche et bien plus complexe que nous ne le croyons.

Dans : en direct de Tunis,Non classé
Par vincent0fritschi
Le 19 mai, 2011
A 16:39
Commentaires : 0
 
 

Le communiste

C’est un membre actif du POCT. c ‘est à dire le parti ouvrier communiste tunisien. Je lui explique qu’ayant fréquenté depuis le début des années 80 les pays du socialisme réel, j’ai du mal à adhérer à cette idéologie. Il me réplique que le parti communiste tunisien a beaucoup écrit, pensé, réfléchi et que leur conclusion qu’effectivement l’URSS avait dévié et qu’il n’était plus un pays communiste mais une dictature. Il palace cette bifurcation en 1953 à la mort de Staline. J’ai beau lui objecté que l’URSS de Staline m’apparait déjà comme un état totalitaire, il me répond que c’est la situation historique qui exigeait de l’état communiste cette gestion.

Inutile de préciser qu’il est loin de m’avoir convaincu et même si son parti parle aujourd’hui de la nécessité d’un capitalisme national, je ne pourrai vraiment pas devenir adepte.

Dans : en direct de Tunis
Par vincent0fritschi
Le 18 mai, 2011
A 15:06
Commentaires : 0
 
 

LA bonne idée

Pour aider concrètement l’évolution tunisienne il leur faut redémarrer leur économie et ainsi fournir de l’emploi à tous. Pou rendre ces choses concrètes il faut donc investir. Un des moyens pourrait être la création d’une banque qui offrirai à tout les magrébins d’Europe ainsi qu’a leur descendants les mêmes services qu’une autre banque mais avec l’assurance que l’épargne ainsi constitué soit réinvesti dans les pays du Maghreb. Il s’agit là dans une économie qui est ce qu’elle est d’offrir l’assurance d’offrir aux titulaires d’un compte en banc que son argent travaille au développement du Maghreb. On peut même imaginer un recrutement des employés de cette banque majoritairement issus de la même origine. Ça ne sera pas alors un projet communautaire mais une forme d’économie solidaire. Bien entendu ma faible connaissance du métier de la banque ne me permette pas de valider ou pas cette idée. C’est pourquoi je compte la discuter avec des banquiers des économistes tunisiens.

Dans : en direct de Tunis
Par vincent0fritschi
Le
A 14:55
Commentaires : 0
 
 

Promenade

Ils sont jeunes. Montaient et descendent l’avenue Bourguiba, se cherchent se retrouvent s’embrassent. On pourrait trouver les mêmes à Naples, autour du palais à Spite ou bien sur les ronde basses de Barcelone, à la seule différence c’est qu’ici il leur faut rentrer dans les cafés, se cacher de l’extérieur pour commander leurs bières. Autrement nulle différence avec les autres pourtours méditerranéens.

Choses vues, entendus

Je la trouve fatiguée, le midi elle me répond «  je suis très hormonale et cela annonce la venue de mes règles »

 Une autre me parle d’un couple de femmes qui se séparent.

Plus tard, ce garçon homosexuel trouve que depuis quelques temps l’homosexualité depuis en plus avoué affadit ses rencontres qui n’ont plus l’excitation de l’interdit.

Au détour d’une conversation, une autre encor me dit que la sexualité est le souffle du couple.

Nous sommes très loin des clichés habituellement transportés vis-à-vis des pays du Maghreb. Ces histoires là je ne l’ai pas forcé, je n’ai pas interrogé particulièrement mes interlocuteurs. Simplement ces conversation sont un espace où les gens se sont libres, libres comme émancipés d’un contrôle social qui désapprouve encor ces conduites.

Dans : en direct de Tunis
Par vincent0fritschi
Le
A 14:54
Commentaires : 0
 
 

Langues

De manière totalement empirique je rencontre deux façons d’être dans la langue. La première est formée de personnes qui souvent allient une parfaite maitrise de l’arabe et du français. Ceux là quand ils s’expriment en arabe possèdent suffisamment cette langue, son vocabulaire et ses subtilités pour construire une pensée. Ils sont souvent capables de le faire de manière toute aussi pertinente en français. Mais il existe une autre catégorie qui elle s’exprime dans un sabir arabe mâtiné de beaucoup de français. Ceux là ne possèdent ni une langue ni l’autre, ils en sont exclus. Je m’interroge sur leur capacité à penser. En effet comment produire une réflexion si on possède pas un vocabulaire qui permet de le faire.

Certes il y a une partie toute à fait importante de personne cultivé, réflexives et amènes de réfléchir à la situation actuelle que connait la Tunisie ces temps ci.

Mais ne nous voilons pas la face il existe aussi une grande partie de ce peuple qui n’a pas les outils de la pensée. Outre un gros travail de vulgarisation des idées restent encor d’instruction.

Dans : en direct de Tunis
Par vincent0fritschi
Le 17 mai, 2011
A 14:47
Commentaires : 0
 
 

Un air de MAM

Toute proportion gardée, je suis partie en excursion au bord de la mer. La fée tunisienne m’avait dégoté un de ses amis qui est arrivé en voiture berline neuve. On m’installe dans la voiture comme on installe la ministre dans un avion. Une fois le fauteuil plié dans le coffre, la voiture décolle pour notre excursion. Après avoir pris l’air de la mer nous rembarquons dans la berline et l’on me ramène à mon hôtel. Certes cet ami n’est pas haut placé, mais mois aussi j’ai profité des facilités qui m’étaient offertes.

Au retour de cette expédition je trouve rétrospectivement l’air du large un peu amer.

J’avais pourtant fait attention à me tenir éloigné de ses pratiques, allant jusqu’à fraper le seul policier qui se soit approché de moi.

Dans : en direct de Tunis
Par vincent0fritschi
Le
A 14:45
Commentaires : 0
 
 

les partis politiques

Prés soixante-dix partis politiques se sont crées en quatre mois. Auxquels il faut rajouter les innombrables associations, forums et autres formes de regroupements. Si chacun ici se sent révolutionnaire  tous ne sont pas militants, loin de là. Cette dispersion ne s’éclaircira sans doute qu’au moment des élections ou alors on pourra mesurer l’influence réelle de chacun. Si les dirigeants de certains de ces partis semblent très conscients des enjeux qui attendent cette jeune démocratie, ces sociétés civiles à construire il faudra bien rassembler les forces dans un plus petit nombre de partis. Qu’elle sera le prix de ces rapprochements-fusion et sur quelle ligne  politique ?

Heureusement qu’un accord prés électoral semble se dessiner sur des articles fondamentaux de reconstitution. Cette unité  se fait aujourd’hui dans les partis de gauche, malheureusement l’appel à une économie solidaire risque de leur couter le soutien d’autres partis qui bien que républicains et démocrates ne partagent pas les mêmes options économiques. En visitant le siège du parti socialiste de gauche, nous avons aussi évoqué le cout de la démocratie et la nécessité de trouver des fonds qui ne viennent pas de l’extérieur pour assurer à cette démocratie son indépendance. Ce que je ne mesure pas c’est la force ou la faiblesse militante de ce parti comme celui des autres.

Pour l’anecdote la fondation France télécom a dépêché sur place un sociologue chargé d’étudier l’utilisation qui a été fait d’internet pendant les événements de décembre et janvier.

Je pensais que le sociologue de cette fondation se concentrait sur la sociologie du travail à l’intérieur de l’entreprise. Car il semble qu’il y ait du boulot à faire.

Dans : en direct de Tunis
Par vincent0fritschi
Le 16 mai, 2011
A 17:13
Commentaires : 0
 
 

le barbier

Mon ange gardien se renseigne au prés de ses copains pour connaitre le prix du barbier. Elle tient à ce que me soit appliqué le prix de la prestation sans subir la majoration touristique. Menue de ces informations nous nous présentons chez le coiffeur pour homme, et demandons la barbe. En effet j’ai décidé ce jour de me soumettre au rituel touristique qui est de passer au moins une fois sous les coupe-choux. Le barbier m’enduit de savon, actionne son blaireau puis se saisit de mon orifice nasal qu’il soulève délicatement afin de trancher au peu prés les poils qui me poussent sur le visage. Au bout de cette opération j’ai le droit à l’application d’une lotion rafraichissante. Au moment de payer le coiffeur m’explique qu’il m’offre le rasage. A croire que ceux sont les commerçants qui ne veulent pas redemarrer l’activité touristique.

Dans : en direct de Tunis
Par vincent0fritschi
Le 15 mai, 2011
A 15:03
Commentaires : 0
 
 

affrontement

La semaine dernière plusieurs affrontements souvent violents ont eu lieu entre de jeunes manifestants venus sur l’avenue Bourguiba et la police. Lors de ces confrontations j’ai déjà dit comment la police me protéger il faut préciser que je suis aller voir ces jeunes manifestants  au cœur même de leur manifestation, et que loin de vouloir m’agresser ils étaient eux aussi très soucieux de ma sécurité.

Peut être même les affrontements entre manifestants et policiers ‘avaient pour seul but que de montrer lesquels étaient les mieux à mène de me défendre.

Je serai donc le principale responsable de ces heurtes et donc le couvre feu qui en a suivit.

A être trop protégé, on finit par foutre la pagaille.

Dans : en direct de Tunis
Par vincent0fritschi
Le
A 15:02
Commentaires : 0
 
12345
 
 

Chaire de recherche en étud... |
bucephal77500 |
Séjour solidaire entre géné... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Politiques Frictions
| Constitution Marocaine
| RCD game over